© 2019  - L’Été du Petit Temple

Du samedi 8 au dimanche 23 septembre 2018

VERNISSAGE : 7 septembre, 18h

DIRCK NAB ( Peinture et dessin )  –  www.dircknab.nl

ALAIN PLATET ( Sculpture )  –  www.flickr.com/photos/artsingulier

EXPO V

DIRCK NAB :

 

Dirck Nab a suivi sa formation de peintre à l’Académie libre de la Haye. Il dessine beaucoup dans les dunes de la Hollande Septentrionale, la région où il vit.

Ses dessins, qu’il réalise le plus souvent à la craie, se caractérisent par un puissant clair-obscur.

De nombreuses collections privées et plusieurs musées possèdent de ses œuvres. Un carnet de croquis, des gravures sur bois et certains dessins appartiennent à la collection du Rijksprentenkabinet du Rijksmuseum à Amsterdam.

 

Philippe Garnier a écrit dans « Le Cahier Dessiné » no 11 Paris, avril 2016 : « Pour Dirck Nab, ce qui compte avant tout c’est « la mentalité ». Toute la technique du monde reste superficielle sans une ouverture intime, un regard inassouvi qui mène au dessin.

Pour dessiner des dunes, il faut une certaine innocence. Comment préserver cette innocence ?

La réponse passe par une vie entière avec sa discrétion, son refus de la facilité du marché de l’art, de la carrière et du bruit. Surgit alors, au hasard d’une rencontre, l’extrême qualité d’une œuvre, son intemporalité, son évidence ».

Contact

site : www.dircknab.nl

mail : d.j.nab@hetnet.nl

ALAIN PLATET :

 

… tant de regards, tant de possibles, tant de réalités…

tant de filtres, filtres/mémoire, mémoire grappillée, grignotée, dilapidée, occultée, recyclée…

nature, rature, boursouflure, épure, ordure, bavure, écorchure, pliure, tournure, fissure, gravure, rognure, chiure…

derrière le coin, regard en coin, coin de vie, point de jour… les matières, en douce, vont discourir, se dire et redire des choses d’un temps ancien, d’un ailleurs vécu au creux du bois, de la terre, du papier, du métal…

le pneu rêve aux flèches des indiens…

fissures de peau rugueuse… il n’y a plus de sève…

où vont les fourmis quand les arbres tombent ?…

le ciel fondu enrobe les écorces mortes…

n’ayez pas peur des dents pointues qui rognent le silence…

petits fruits rouges, suspension idéale, légère, éphémère, matin d’hiver…

la colère du plomb s‘est glissée sous l’écorce, elle y a fait son gîte dans les rugosités plissées, loin des autres arbres morts et tout près des terres vivantes, cuites ou crues, apaisées…

les satellites de la pendule échappent au défilé des heures bien rangées, soldats de bois…

des réveils englués, prisonniers de cages d'acier, égrènent des heures figées…

bonbons-nuages, épinglés aux larmes du métal…

ferrailles emmêlées des lustres, grandes volutes improbables griffant le bleu du ciel... la lumière scintille sur des grappes de verres…

des panses de plomb, gonflées au soleil, étouffent la terre…

pourquoi se nouent des cordes derrière les portes fermées ?…

 

Contact

site : www.flickr.com/photos/artsingulier

mail : alain.platet@orange.fr
tél : +33 (4) 66 43 12 01